Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com

Fichier hébergé par Archive-Host.com


-->

.

En Afrique de l'Ouest

Niger, Burkina Faso, Bénin, Sénégal, Mali, Mauritanie


A partir d’une pièce de coton blanc, le batiké dessine sur le tissu
qui deviendra le batik.
Le résultat est une succession de trempages dans différents bains de teinture.

 

Technique de teinture

Les parties ne devant pas recevoir de couleur sont protégées par de la cire le plus
souvent, imperméabilisant ainsi le tissu. Une fois plongé dans un bain de teinture, le tissu est
mis à bouillir pour faire fondre la cire qui a donc permis de conserver la couleur initiale
à cet endroit précis. On peut obtenir ainsi soit le fond blanc du coton, soit une
couleur plus claire si le batiké a protégé une partie déjà teinte de même couleur.
On obtient des dégradés oucamaïeu en fonction
du nombre de passages.
Chaque couleur nécessitera un trempage, un rinçage et un séchage, c'est à dire
qu'un batik de 5 couleurs nécessitera 5 fois ces opérations en commençant parles
couleurs les plus claires.

 

Le batiké peut également procédé par nouages

L'artisan fait des nœuds très serrés à l'aide de fil sur la pièce de coton empêchant
la teinture de pénétrer jusqu'au coeur du nœud. Ces nœuds, une fois défaits
donnent des effets de dessins circulaires et étoilés ainsi que des dégradés de couleur,
la partie centrale du rond étant la plus claire.
Il ne reste plus qu'à fixer les couleurs pour permettre le lavage en machine.

 

Autre effet esthétique, les craquelures

En froissant le tissu enduit de cire avant le passage dans le bain
de couleur,le batiké produit des fissures irrégulières par lesquelles
le colorant pénètre jusqu'à l'étoffe.

 

 

Posté par Loarig à 00:00 - Menu Afrique 01 - Commentaires [0] - Permalien [#]